Voir la vidéo d'e-monsite

Spectacle Le Casino De Namur 1 à Avignon du 11 au 16 octobre 2019

Du

11 vendredi octobre 2019

au

16 mercredi octobre 2019

19h00 • 20h00

Théâtre du Chêne Noir Théâtre du Chêne Noir

Zoom sur l'artiste

Plus d'infos sur le spectacle Le Casino De Namur 1 à Avignon

Philippe Caubère, Molière 2017 du Meilleur Comédien et Prix du Théâtre de l'Académie Française pour l'ensemble de son oeuvre, revient au Chêne Noir avec trois spectacles, dont une nouvelle création. Un feu d'artifice, un bouquet final, un testament provisoire. Et jubilatoire !

« J'ai créé Adieu, Ferdinand ! l'an dernier et je ne suis pas parvenu à aller au bout de ce Casino de Namur. Je me suis rendu compte que cette histoire, en fait, en contenait deux : celle, que j'ai jouée, d'un règlement de comptes familial, sorte de Festen au milieu des betteraves, et celle du casino lui-même. Ferdinand, qui commence à gagner des fortunes alors qu'il n'y comprend rien, Jean-Marie, rendu hystérique par la chance insolente de ce néophyte, et Bruno qui, lui aussi, gagne des fortunes avant de perdre sa chemise, reprendront finalement la route dans la brume et le froid de l'hiver, retrouvant par miracle la direction de Louvain, ce qui leur permettra de conclure que finalement « on est sauvé ». Tels seront, en effet, les derniers mots de la pièce, du diptyque. Mais aussi de l'aventure générale du Roman d'un Acteur. »

Philippe Caubère

Télérama / Fabienne Pascaud • Quelle virtuosité puisée aux sources de la commedia dell'arte comme de Molière ! Cet Arlequin-là endosse aujourd'hui tous les genres, les sexes, les vies. Il est l'homme-femme monstre de notre théâtre, le vampire qui a embrassé tous les rôles, rassemble en lui tous les personnages. Sa prouesse émerveille. Qu'un acteur porte tant de mémoire, de mots, d'insolence, de rire, d'indignations et d'idéal est un prodigieux acte de foi. Dans le théâtre, dans le monde.

Le Canard enchaîné / Jean-Luc Porquet • Chez lui, on baise, on pète, et le rire n'est jamais sale. Délicat, il sait aussi d'un rien tirer une petite scène délicieuse. Ainsi, quand Ferdinand essaie de lire Proust dans La Pléiade sur une plage de sable, surgissent trente secondes de pure facétie et d'enfance retrouvée...Comment, seul en scène, Caubère réussit-il ce miracle, nous faire voir, mieux que si on y était, la foule des nudistes aux attributs brinquebalants, et leurs ridicules ? On en pleure de rire.

PMR 0490865811